L’EQUIPE ARTISTIQUE

JEAN PAUL GAULTIER

Créateur du show, livret, metteur en scène et créateur des costumes

Jean Paul Gaultier est né en 1952 en banlieue Parisienne et a commencé sa carrière en 1970, le jour de ses 18 ans, chez Pierre Cardin.

Après avoir travaillé chez Esterel, Patou puis Cardin de nouveau, il décide de créer sa propre maison et défile pour la première fois en 1976. Adoubé très rapidement par la presse et les acheteurs, il est dans les années 80 l’un des créateurs dont on parle le plus.

Depuis le début, Jean Paul Gaultier a toujours voulu montrer que la beauté pouvait avoir de multiples formes, et que même la chose la plus banale , comme une boîte de conserve, pouvait devenir belle et fonctionnelle, se transformer en bracelet ou même plus tard la boîte pour son parfum, mondialement connu. Sa première collection Homme remonte à 1984 avec l’Homme Objet et en 1997 il réalise son rêve avec la première collection Couture Gaultier Paris. Il a également dessiné le PAP d’ Hermès de 2004 à 2011.

Tout au long de sa carrière, Jean Paul a travaillé également pour la danse, la musique ou le cinéma. Le monde entier se souvient de ses costumes pour Madonna et le Blond Ambition Tour. Son premier projet de film fut « Le cuisinier, le voleur, sa femme et son amant » de Peter Greenaway en 1989. Il a également dessiné les costumes de « La Cité des Enfants Perdus » de Jeunet et Caro, « Le 5° Elément » de Luc Besson et de trois films de Pedro Almodovar, « Kika », « La Mauvaise Education » et « La Peau que j’habite ».

TONIE MARSHALL

Co Metteur en scène

Après une première carrière de comédienne, Tonie Marshall passe à la réalisation en 1990 avec « Pentimento », produit par France 3 Cinéma et vendu par TF1 International, dans lequel elle offre à Antoine de Caunes l’un de ses tous premiers rôles au cinéma.

En 1993, Tonie Marshall crée sa propre société de production Tabo Tabo Films, ce qui lui donne une plus grande liberté pour produire ses films mais aussi des premiers films tels que « Complices » de Frédéric Mermoud et « Ouf » de Yann Coridian. Elle écrit elle-même les scénarios de ses films, chroniques douces-amères de personnages paumés ou écorchés vifs, comme dans le polar noir au féminin « Pas très catholique » avec Anémone en 1993.

Dès ses premières productions, Tabo Tabo Films entretient des liens étroits avec des coproducteurs et distributeurs européens avec le film « Enfants de salaud » en 1996 notamment, coproduit par la société française M.P. Productions de Michel Popper et la société belge Banana Films.

En 1999, elle connaît un grand succès grâce à « Vénus beauté (institut) » qui réalise plus d’un million trois cent mille entrées en France et vendus dans une vingtaine de pays (Allemagne, Argentine, Italie, Hongrie, Espagne, Liban, Grèce, États-Unis,…). Il remporte les César du meilleur film, de la meilleure réalisation, du meilleur scénario et du meilleur espoir féminin pour Audrey Tautou. Tonie Marshall est à ce jour la seule femme à avoir reçu le César de la meilleure réalisatrice.

En 2001, elle réalise « Au plus près du paradis », une comédie sentimentale qui réunit Catherine Deneuve et William Hurt, sélectionné dans les festivals du Film francophone de Grèce et Paris, la Mostra de Venise et le Festival des films du monde de Montréal. Elle crée en 2004 la série « Vénus et Apollon » en coproduction avec ARTE, qui vit deux saisons et qui se vend dans plus de trente pays (Portugal, Roumanie, Croatie, Allemagne, Japon…).

Elle retrouve pour la quatrième fois son actrice fétiche Nathalie Baye dans « Passe-Passe » en 2008, lui aussi coproduit avec la Suisse et très exporté à l’étranger, et repasse devant la caméra avec un rôle dans « Musée haut, musée bas » de Jean-Michel Ribes.

En 2013 elle reprend la caméra et met en scène « Tu veux ou tu veux pas », une comédie piquante portée par Sophie Marceau et Patrick Bruel, en coproduction avec la Belgique et distribuée dans le monde entier (Suisse, Pologne, Portugal, Grèce, Brésil…), qui cumule plus d’un millions d’entrées en France.

Son dernier film « Numéro Une », sorti le 11/10/2017, raconte le parcours d’Emmanuelle Blachey, une ingénieure brillante et volontaire, qui, aidée par un réseau de femmes d’influence, décide un jour de conquérir la tête d’une entreprise du CAC40. Mais pour avoir une chance d’être la première, il faut tout risquer ! Dans des sphères encore largement dominées par les hommes, les obstacles dans sa vie professionnelle et intime se multiplient…

MARION MOTIN

Chorégraphe

Danseuse et chorégraphe, Marion Motin fonde son collectif « Swaggers » en 2009 et crée son premier spectacle longue durée « In the Middle » toujours en tournée depuis 2014. Parallèlement elle danse pour Sylvain Groud, « Elles » puis Angelin Preljocaj, « Royaume-Uni » et s’envole en tournée internationale aux côtés de Madonna (« MDNA tour 2012 »).

À son retour, c’est la rencontre avec Stromaé dont elle chorégraphie les clips et la tournée « Racine carrée » (2013). L’année suivante Christine and the queens lui confie elle aussi la chorégraphie de sa tournée « Chaleur humaine » et de certains clips (« Christine », « No harm is done », « Jonathan »). Quelques mois après elle s’attaque à la comédie musicale « RESISTE » de France Gall (2015) et signe des visuels tels que le « Hermès Club » à Shanghai avec Jean-Paul Goude et Rocio Molina (2017).

Son travail chorégraphique s’appuie essentiellement sur la corporalité naturelle instinctive et le mouvement immédiat et nécessaire.

ERIC SUPPLY

Assistant mise en scène

Eric Supply est un jeune metteur en scène ayant fait ses armes sur les scènes de théâtre. Formé au Cours Florent, qu’il intègre en 2011, il y travaille notamment sous la direction d’Isabelle Gardien, d’Antonia Malinova, et de Ladislas Chollat. Attiré tout à la fois par le jeu et par la mise en scène, c’est au Cours Florent qu’il prépare dès 2012 sa première mise en scène sur « Mais n’te promène donc pas toute nue ! »  de Georges Feydeau, qui sera ensuite programmée durant 5 mois au Théâtre Pixel de Paris, ainsi qu’en clôture du 18ème Festival de théâtre de Cabourg.

Début 2013, Il assiste Ladislas Chollat pour sa mise en scène au Théâtre Marigny de « La Station Champbaudet » de Labiche, retransmise en direct sur France 2 dans le cadre du Festival L’humour en Capitale. Il poursuit depuis cette collaboration tout en continuant à créer ses propres projets. Il a notamment collaboré aux mises en scène de « L’aide-Mémoire », de Jean-Claude Carrière au Théâtre de l’Atelier ou encore de « Momo » de Sébastien Thiery au Théâtre de Paris.

Il collabore dernièrement aux mises en scène de comédies musicales à succès avec « RESISTE » (avec les plus grands succès de Michel Berger et France Gall) présentée en novembre 2015 au Palais des sports de Paris ainsi que « Oliver Twist – Le Musical », créé à la Salle Gaveau en septembre 2016. Parallèlement, il met en scène en 2016 « Le Gardien », d’Harold Pinter à la Manufacture des Abbesses.

ERIC SOYER

Scénographe

Après des études autour des architectures éphémères à l’Ecole Boulle, Eric Soyer conçoit des scénographies et des éclairages pour de nombreux metteurs en scène et plasticiens sur les scènes d’Europe (Pierre-Yves Chapalain, Amir Reza Koohestani, Oriza Hirata, Sylvain Maurice, Emmanuelle Laborit, Denis Marleau, Myriam Marzouki, Sulayman Al Bassam, Hélène Filière, Joss De Pauw, Théo Mercier, Phia Ménard).

En 1997, il entame une collaboration avec l’écrivain et metteur en scène Joel Pommerat, qui se poursuit aujourd’hui autour de la création d’un répertoire de vingt spectacles de la compagnie Louis Brouillard, plusieurs fois récompensée (Molières, Prix de la critique )

Il signe une dizaine de projets depuis 2006 avec la société Hermès pour qui il crée les espaces lumineux du « Salon de Musique », pièces musicales et chorégraphiques uniques jouées dans les capitales internationales avec différents chorégraphes invités tels que Shantala Shivalingappa, Raphaëlle Delaunay,  Ofesh Shechter, David Drouard , Rachid Ouramdan ,Andrea Sitter, la compagnie de danse verticale, aérienne Retouramont et le cascadeur équestre Mario Luraschi ( pour « Le songe de Don Quichotte » au grand Palais lors du saut Hermès 2017 ).

Il collabore aussi avec les chorégraphes Nacera Belaza, Thierry Thieu Niang, Philippe Saire, Angelin Preljocaj et Maud le Pladec.

Son activité s’élargit aussi aux arts de la rue avec le collectif « bonheur intérieur brut », à la musique électro avec la chanteuse française Jeanne Added et à l’opéra contemporain avec différents compositeurs : Oscar Strasnoy, Oscar Bianchi, Daan Jansen, Dominique Pauwels, Philippes Boesmans et Ondrej Adamek.

Il reçoit le prix de la critique journalistique française pour son travail en 2008 et en 2012.

RAPHAËL CIOFFI

Livret

« Une fessée dans la culture pop ! ». Le slogan du premier webzine créé par Raphaël Cioffi,

« Spank Magazine », pose les bases de son écriture : c’est pop, et ça réveille. Avec quelques amis, ils renouvellent les codes du genre pour créer un média délirant et inventif, véritable vivier de talents, parmi lesquels leur illustratrice phare : Charlotte Le Bon. Rapidement repérés pour leur créativité, Charlotte et Raphaël rejoignent l’équipe du « Grand Journal » de Canal+. Pendant un an, ils créent pour la météo plus de 200 sketches aussi absurdes que réjouissants, faisant rire les plus grandes stars de la planète : Beyoncé, Rihanna, Julia Roberts, Robert de Niro… et un certain Jean-Paul Gaultier. Sous le charme, il propose à Charlotte d’animer son prochain défilé avec humour. Ce sera la première fois que Raphaël écrit pour le créateur, l’entente est immédiate.

En parallèle, il met son écriture un peu plus au service de la Mode en réalisant les interviews des covers de « L’Officiel », et en collaborant avec plusieurs Maisons françaises (Lancel, Lolita Lempicka, Ami…). Il étend également un peu plus son champ artistique en manageant le chanteur Yanis, qu’il accompagne depuis au développement d’un univers musical et visuel ambitieux.

Mais l’humour rattrape vite l’auteur, qui rejoint l’équipe des deux secrétaires préférées des français : Catherine et Liliane, interprétées avec maestria par Alex Lutz et Bruno Sanches. Depuis 4 saisons, Raphaël partage à travers elles un point de vue sur le monde qui fait mouche, drôle et poétique à la fois. À nouveau séduit par cet humour résolument camp, Jean-Paul Gaultier accepte de rejoindre les deux secrétaires pour un sketch savoureux.

Quelques mois plus tard, Jean-Paul Gaultier propose à Raphaël un exercice nouveau : écrire les programmes de ses défilés, avec ce ton irrévérencieux et moderne qui les caractérise tous les deux. La collaboration confirme leur envie commune de faire rire et bousculer, donnant l’idée à Jean-Paul Gaultier de partager sa plume avec lui pour écrire son projet le plus fou, sa revue aux Folies Bergère : le Fashion Freak Show.

RENAUD RUBIANO

Vidéaste

Renaud Rubiano est un artiste visuel et un réalisateur. Après une formation universitaire et une pratique autodidacte de la photographie, il rencontre l’art vidéo et la sculpture à l’école des Beaux-Arts de Nîmes puis de Marseille.
En 2007 il s’installe à Paris et tisse de nombreuses collaborations avec des auteurs, compositeurs et chorégraphes. Sa recherche plastique se focalise alors
sur les écritures interactives et inter-media, Il s’associe à des ingénieurs et des scientifques pour importer des technologies innovantes dans ses créations
artistiques.
En 2014 il crée avec Candice Milon une structure de production dédiée aux créations visuelles innovantes, Studio Mirio. De nombreuses marques de l’industrie du luxe leur confent la création de photos, vidéos et dispositifs interactifs pérennes ou éphémères.
La recherche et l’expérimentation sont les fondamentaux de sa démarche artistique.

image
http://jpgfashionfreakshow.com/wp-content/themes/rayko/
http://jpgfashionfreakshow.com/
#3d568b
style5
paged
Loading posts...
/home/jpgfashiuh/www/
#
on
none
loading
#
Sort Gallery
on
no
yes
off
Votre Email
off
off